Exemple de rénovation BBC: une interview de Biomass’cote (1/2)

Bonjour Nicolas,

– Bonjour Biomass’Cote.

 

Vous habitez une maison confortable et économique dans le cœur de la Suisse Normande. Vous avez acheté cette maison d’avant-guerre dans « son jus » dans l’optique de la rénover.

Par quoi avez-vous commencé ?

Je souhaitais faire de mes mains la maison où mes enfants grandiront, ma compagne voulait de la pierre, la rénovation s’est imposée. La maison que nous louions à l’époque nous coûtait plus de 2 000 € de fioul par an. Nous avions le souhait de nous tourner résolument vers l’avenir et les énergies renouvelables, mais aussi de réduire la facture.

Après quelques recherches nous nous sommes vite aperçus qu’il existait des aides financières et j’avais entendu parler de l’Espace INFO>ÉNERGIE dans le cadre de mon travail. Le premier rendez-vous avec le Conseiller a été particulièrement enrichissant et très dense en informations. Nous avons aussi compris que l’aide de la Région répondait parfaitement à nos attentes pour ce projet.

Quel est l’intérêt de faire un audit ? C’est cher, non ?

– Cher ? Après la subvention de la Région, l’audit nous a coûté seulement quelques centaines d’euros. C’est un préalable indispensable pour un projet de cette ampleur et pour obtenir l’aide régionale. L’audit permet d’avoir le regard d’un homme de l’art sur l’état du bien que l’on achète. Ce n’est déjà pas rien. Ensuite, il explique et chiffre tout ce qu’il faut faire pour rénover jusqu’au niveau BBC. L’auditeur peut également calculer des variantes, par exemple chez nous, nous lui avions demandé de comparer deux solutions de chauffage : bois bûche associé aux murs chauffants (où de l’eau chaude circule) ou granulés avec air chaud pulsé.

C’est là que vous avez découvert que vous pouviez faire une rénovation très performante au niveau BBC ?

En réalité le Conseiller nous avait déjà expliqué ce qu’est le niveau de rénovation BBC. L’audit nous a permis de transformer cet objectif un peu lointain en une réalité concrète. Avec de l’intelligence, un peu de débrouille et un budget tous travaux confondus de moins de 100 000 €, nous pouvions le faire.

Les échanges avec le Conseiller, l’Auditeur et le Rénovateur, nous ont surtout convaincus qu’entre une rénovation globale (on refait tout) classique et une rénovation globale BBC, la différence est surtout de l’intelligence, de la matière grise. Il faut bien réfléchir pour faire travailler ensemble les artisans, ainsi qu’une vision globale des travaux et des interactions entre les métiers. Il est important d’être bien accompagné, il faut un pilote, et le Rénovateur BBC conventionné avec la Région Normandie est là pour ça.

Tout de même, c’est onéreux une rénovation BBC… N’importe qui peut faire une rénovation aussi performante ?

Pour parler argent, nous avons acheté une maison inhabitable en l’état pour 60 000 € et réalisé 90 000 € de travaux, soit un budget de 150 000 €. Pour un peu moins de 120 m² habitable, c’est moins cher que la construction (1 250 €/m² vs » 1 350 €/m²), mais le terrain est compris dans le prix.

De ce budget il faut soustraire les aides financières auxquelles chacun peut prétendre (crédit d’impôt : 5 000€, aide régionale BBC : 10 000 €). Nous avions à l’époque un seul salaire pour faire vivre une famille de quatre personnes, nous étions de fait sous les plafonds des aides sociales à la rénovation de l’Anah. Comme la maison était dégradée au point d’être inhabitable, nous avons obtenu une aide très importante de 25 000 €. Au final, nous avons emprunté 105 000 € sur 23 ans et nous remboursons chaque mois 600 €. C’est moins que le loyer de notre précédente maison !

Concrètement, quels travaux avez-vous entrepris ?

– Bah, tout sauf la structure ! Nous avons gardé les murs, le toit, les planchers et même trois fenêtres déjà remplacées. Tout le reste était à refaire, nous avons réalisé nous-mêmes la démolition, l’isolation, les peintures et la déco. Nous avons confié à des professionnels les menuiseries, l’électricité, la plomberie, l’assainissement, la maçonnerie, le chauffage et l’eau chaude… Pour tous ces travaux nous avons essayé d’avoir une démarche un peu écolo, notamment le choix de matériaux locaux ou biosourcés.

Ah oui, ce sont des gros travaux ! Vous habitiez la maison pendant les travaux ?

– Non, les travaux se sont étalés sur une période d’environ un an entre le premier coup de marteau et l’emménagement. Nous voulions a minima que le rez-de-chaussée et le premier étage avec les chambres des enfants soient totalement terminés. Une fois les meubles en place, nous ne les aurions jamais déplacés pour finir la peinture ou poser les plinthes. Nous avons eu énormément de chance car une amie de la famille nous a prêté une maison pendant tout ce temps. C’est un vrai luxe qui nous a évité de vivre dans la poussière.

Pour lire la suite de cet interview, suivez le lien !

Partager cette fiche :