isolation

L’isolation, LA priorité

Une isolation performante est primordiale pour obtenir une maison économe en énergie. Le chauffage est en effet le premier poste de consommation des bâtiments construits avant 1990 et dont les 2/3 souffrent de faiblesses d’isolation.

Le propriétaire d’une maison bien isolée pourra par la suite se tourner vers des systèmes de chauffage économes et vers les énergies renouvelables.

L’isolation permet de supprimer les désagréments liés à des courants d’air, des parois froides… Que vous soyez propriétaire occupant ou bailleur, isoler votre logement est un moyen :

  • de gagner en confort,
  • de diminuer les charges,
  • d’augmenter la valeur patrimoniale à la vente et à la location.

Le saviez-vous ?

Dans le cadre d’une construction, la réglementation thermique 2012 en vigueur impose d’atteindre la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). L’isolation est donc un élément clé à prendre en compte dès la conception des plans.

Par où commencer pour bien isoler son logement ?

L’isolation peut commencer par quelques gestes simples : une trappe dans le foyer de la cheminée, un boudin sous la porte, un joint dans l’interstice de la fenêtre feront barrage aux entrées d’air froid.

Les conseillers INFO>ÉNERGIE peuvent vous aider à faire un premier bilan thermique de votre habitation. Ensuite, un audit énergétique réalisé par un bureau d’études qualifié RGE vous permettra de déterminer précisément d’où viennent les déperditions (enveloppe insuffisante, fenêtres, ponts thermiques).

Souhaitez-vous engager quelques travaux d’amélioration ou une rénovation globale qui tend vers le label BBC ? 

Les conseillers des Espace INFO>ÉNERGIE peuvent vous accompagner pour déterminer un plan de travaux en fonction des spécificités de votre logement, de votre budget, de vos souhaits. Ils peuvent également vous mettre en contact avec des professionnels certifiés RGE (Reconnus garants de l’environnement) dont les services donnent accès à certaines aides financières.

Quels sont les éléments à isoler

La toiture :

25 à 30% des pertes thermiques d’une maison mal isolée proviennent du toit. Au moins 30 cm d’isolant sont à prévoir pour une isolation au sol dans des combles perdus ou sous les rampants du toit quand les combles sont aménagés. En cas de réfection complète de la toiture, sachez que l’isolation par l’extérieur est possible (méthode Sarkking) et qu’elle est la plus performante. Film pare-pluie vers l’extérieur et pare-vapeur vers l’intérieur protègeront l’isolant de l’humidité.

Les murs :

L’isolation par l’extérieur est-elle possible ? Elle est en tout cas la plus efficace dans la mesure où elle supprime les ponts thermiques. L’isolation par l’intérieur est la plus répandue. Elle a l’avantage de ne pas modifier l’aspect extérieur de la maison mais entraine une diminution de la surface des pièces et un déplacement des réseaux (chauffage, électricité…). Les murs anciens en pierre ou en brique exigent une vigilance particulière car ils jouent un rôle dans la régulation de l’hygrométrie du bâti. Afin de maintenir le bon équilibre, une analyse précise par des professionnels compétents doit être réalisée. Enfin, afin de conserver la performance de l’isolant, il convient de s’assurer d’une bonne étanchéité à l’air du mur grâce à une membrane ou un enduit adapté.

Les fenêtres :

Il n’y a pas que le double vitrage. La performance thermique d’une fenêtre dépend aussi :

  • de la nature de la menuiserie,
  • du cadre,
  • de la qualité de la mise en œuvre de la fenêtre,
  • de l’orientation. Dans une région froide, une baie vitrée plein sud constitue un chauffage solaire avantageux tandis qu’une fenêtre au Nord nécessitera une meilleure isolation (triple vitrage empli de gaz neutre par exemple).

Comment choisir un vitrage isolant

Pour le choix du vitrage, deux coefficients sont à prendre en compte car ils constituent des critères à respecter dans le cadre du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) :

  • U : coefficient de transmission thermique qualifie la performance du vitrage (Ug) ou du vitrage+menuiserie (Uw). Plus U est faible, plus la fenêtre est isolante.
  • Sw : facteur solaire indiquant la quantité d’énergie solaire qui traverse le vitrage (ex : quand Sw = 0,30, 30 % du rayonnement solaire réchauffe la pièce).

Quelle menuiserie est la plus isolante ? 

Le PVC est plus performant mais plus polluant à la production que l’aluminium ou le bois. Ce dernier demande plus d’entretien. Outre l’aspect esthétique, ces matériaux ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Pensez enfin aux volets qui limitent les déperditions la nuit et protègent de la chaleur excessive en été. La résistance thermique additionnelle d’un volet correspond à la lame d’air entre la fenêtre et le volet, et améliore les performances d’isolation. Elle doit être supérieur à 0,22.

Le plancher bas : Par le sous-sol ou sur le plancher en dessous du revêtement… Le choix de la technique dépendra des contraintes de votre habitation.

Quels isolants ? Quelle épaisseur ? 

Il existe désormais de nombreux types d’isolants synthétiques (polystyrène, polyuréthane) ou naturels (isolants classiques comme la laine minérale, isolants biosourcés comme la laine de bois, la ouate de cellulose, le chanvre, le lin), en vrac ou en panneaux.

La performance d’un isolant est définie par sa résistance thermique : R. Plus R est grande, plus le matériel est isolant. Tous les isolants n’ont pas les mêmes certifications (ACERMI, marquage CE…), ni le même impact environnemental. Certains matériaux sont éco ou bio-sourcés.

Dans le cadre d’une rénovation partielle, il est important de choisir une mise en œuvre des isolants compatible avec une performance globale au terme de travaux qui pourraient être réalisés plus tard (étanchéité à l’air…).

Dans tous les cas, pour assurer l’efficacité d’un isolant, il convient d’être exigeant sur les compétences du professionnel qui réalise les travaux ainsi que sur les bandes adhésives et membranes d’étanchéité qui assurent la continuité de l’isolation.

Pour un projet de construction, sachez que certains matériaux de gros œuvre participent à l’isolation. C’est notamment le cas des ossatures bois, des briques alvéolaires et du béton cellulaires.

Conductivité et résistance thermique ? Quelle épaisseur, quelle densité adopter ? Pourquoi privilégier un isolant perméable à la vapeur d’eau dans ma maison en pierre ? La résistance au feu est-elle un critère déterminant ? Quel isolant privilégier quand mon budget est limité ?

Votre Espace INFO>ÉNERGIE répond à toutes ces questions et met à votre disposition des échantillons de matériaux qui vous permettront de bien choisir.

Isolation rime avec ventilation 

Un bon renouvellement de l’air est nécessaire pour éviter l’accumulation d’humidité et les moisissures. Or les travaux d’isolation peuvent parfois l’empêcher. Le choix d’isolants respirants et l’installation d’un système de Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) double flux peuvent être nécessaires, notamment dans les bâtiments anciens.

Vous recherchez un avis technique objectif et personnalisé pour vos travaux de rénovation et vos démarches d’économie d’énergie : consultez un Espace INFO>ÉNERGIE, c’est gratuit !
nous contacter