Naissance du CREBA : une bonne nouvelle pour le bâti ancien !

Le CREBA (Centre de Ressources pour la Réhabilitation Responsable du Bâti Ancien)  est une plateforme en ligne destinée aux professionnels du bâtiment (maîtres d’œuvres, architectes, bureaux d’études, artisans, prescripteurs, techniciens, experts, chercheurs…) et, plus globalement, à tous les porteurs de projets de réhabilitation d’un bâti ancien. Il est né à l’initiative du CEREMA, de l’Ecole des Arts et Métiers Paris Tech, du Laboratoire de Recherche en Architecture de l’Ecole d’Architecture de Toulouse , de Maisons Paysannes de France et de l’Association Sites et Cités remarquables de France.

Le contexte

Au cours de l’année 2015, la Loi pour la Transition Energétique et la Croissance Verte (LTECV) a été adoptée.

Cette loi est venue renforcer certains objectifs fixés depuis le Grenelle de l’Environnement, concernant le bâti existant : il s’agit aujourd’hui de massifier la rénovation du parc en engageant des réhabilitations énergétiques à hauteur de 500 000 logements par an. Cette massification doit par ailleurs être accompagnée par une montée en compétences des professionnels et une amélioration de la qualité des travaux de rénovation, qui constituent deux objectifs fondamentaux du programme PACTE[1].

Parmi les logements qui constituent le parc existant, environ 33% (soit environ 10 millions) relèvent d’une typologie particulière, dénommée « bâti ancien ». Ce bâti, qu’il soit en milieu rural ou urbain, est considéré réglementairement comme étant le bâti d’avant 1948. Il recouvre en réalité l’ensemble des constructions constituées de matériaux traditionnels (pierre, pan de bois, terre crue, …), qui se dissocient fortement du bâti « moderne », construit massivement à partir des années 1950, selon des techniques et des matériaux industrialisés.

 Ce bâti ancien, objet du projet CREBA, constitue ainsi une cible toute particulière du parc existant à réhabiliter.  Il se situe en effet à la croisée de nombreux enjeux :

  • Environnementaux (de par sa nécessaire contribution à l’atteinte des objectifs nationaux de réduction des consommations énergétiques et d’émissions de GES),
  • Culturels (de par les enjeux de conservation et la mise en valeur du patrimoine qu’il représente)
  • Techniques (de par la spécificité des matériaux et des techniques qu’il met en œuvre, associés à divers risques de pathologie).

Intégrer tous ces enjeux lors d’une réhabilitation énergétique nécessite de travailler impérativement dès la phase amont, en intégrant une approche globale, pour atteindre les objectifs et ne pas dégrader le bâti. Un projet de réhabilitation d’un bâtiment ancien ne saurait donc se limiter à un objectif de réduction des consommations énergétiques. Il doit au contraire suivre une approche globale fondée sur un diagnostic complet d’un état existant donné et un choix de solutions justifié par une évaluation multi-critères intégrant les dimensions patrimoniale, énergétique et technique du bâtiment.

Une telle opération de réhabilitation « responsable » d’un bâti ancien ne répond, a priori, à aucune solution de réhabilitation « type ». Elle doit pouvoir justifier d’une approche globale et contextualisée du projet, depuis la phase diagnostic jusqu’au choix des solutions d’amélioration de la performance énergétique et à leur mise en œuvre.

Plusieurs constats :

  • un besoin de structuration et de centralisation des ressources et des connaissances relatives à la réhabilitation du bâti ancien
  • un besoin de diffusion des connaissances et de partage des bonnes pratiques
  • un besoin d’outils pertinents ayant une approche globale de cette problématique

L’objectif de cette nouvelle plateforme ?

Face aux exigences d’amélioration thermique des bâtiments existants, renforcées notamment par les politiques publiques via la loi LTECV[2], l’objectif de ce centre de ressources est bien d’aider les professionnels à mener des réhabilitations de qualité et « responsables » du bâti ancien et de les rassembler autour d’une méthode commune.

Le projet CREBA se donne pour ambition de :

  • Préciser la démarche d’approche globale du bâtiment existant
  • Proposer des outils pratiques d’application de cette démarche disponible sur le portail CREBA
  • Fédérer et faire travailler ensemble les opérateurs pluridisciplinaires possédant les compétences architecturales, techniques et énergétiques requises
  • Valoriser des expériences et des ressources réparties sur tout le territoire

Quel est son contenu?

Le portail CREBA met à disposition plusieurs outils et ressources pour aider à adopter une approche globale  et responsable de la réhabilitation énergétique du bâti ancien :

  • un outil innovant d’aide à la décision permettant de tester et comparer différentes solutions de réhabilitations, d’en repérer les points de vigilance et de composer des bouquets de travaux responsables ;
  • des fiches-résumés de ressources centralisées (études et ouvrages publiés au niveau local et national) qui traitent de la réhabilitation énergétique du bâti ancien ;
  • des études de cas de réhabilitations responsables qui concilient préservation du patrimoine ET amélioration énergétique ;
  • une proposition de charte explicitant les critères d’une opération de réhabilitation dite « responsable » sur un bâti ancien au sens patrimonial, technique et énergétique.

Mais jugez en plutôt par vous-mêmes !

 

[1]Programme ministériel d’Action pour la qualité de la Construction et la Transition Energétique

[2] https://www.ecologiquesolidaire.gouv.fr/loitransitionenergetiquecroissanceverte

 

Partager cette fiche :