Spécial élus: demain mon territoire

Parce que la question climatique est cruciale, parce qu’il est important d’intégrer les préoccupations de transition énergétique et écologique des citoyens et d’en comprendre les enjeux pour le territoire,  l’ADEME vient de réaliser un guide de Fiches pratiques à destination des élus qui foumillent d’idées et de témoignages de terrain. A lire sans modération ….

Tout d’abord, la gouvernance

D’un côté, les habitants qui souhaitent de plus en plus être associés aux décisions, de l’autre une lutte contre le réchauffement qui va engager de tels changements sociétaux qu’elle nécessite l’adhésion du plus grand nombre. Et parce que la transition écologique touche des sujets aussi divers que l’énergie, les déchets, l’habitat, la mobilité, …, il est primordial d’établir une gouvernance qui permette à tous les services de travailler en transversalité et en transparence, ou même collégialement, avec des citoyens.

Fiche 01, la gouvernance

 

L’alimentation dans les collectivités

Des solutions existent pour à la fois mieux nous nourrir (moins gras, moins sucré et moins de protéïnes animales) et mieux protéger la planète.

Les élus peuvent agir sur la restauration collective, et faire en sorte de proposer des produits de meilleure qualité, plus sains et plus locaux et encourager la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Fiche 02, l’alimentation durable

 

La production d’énergie

Les énergies vertes, produites à partir du soleil, du vent, de la biomasse, de la géothermie,… sont un des piliers de la lutte contre le réchauffement climatique.

Tout l’enjeu est d’utiliser au mieux les ressources locales. Cette production d’énergie peu chère, dont la revente génèrera des revenus, favorisera le développement de l’économie du territoire et la création d’emplois non délocalisables, tout en protégeant l’environnement.

Fiche 03, les énergies renouvelables

 

Les économies d’énergie dans mon territoire

Bâtiments publics, éclairage de rue sont très énergivores et génèrent d’importantes émissions de gaz à effet de serre.

Pour réduire les consommations, on peut jouer sur deux leviers. L’efficacité, en utilisant des matériels moins consommateurs d’énergie (LED, …) et sobriété, en limitant les usages. Pour ce dernier point, on peut sensibiliser les utilisateurs et les accompagner dans leurs changements de pratiques.

Fiche 04, économies d’énergie

 

Une gestion durable exemplaire

En visant à réduire l’empreinte environnementale de la collectivité, on gagne sur le plan économique, sur le plan du fonctionnement mais aussi sur le plan du bien-être au travail. Cela nécessite de sensibiliser et mobiliser l’ensemble des élus et agents.

C’est également capital de montrer que la collectivité s’investit pour entraîner ensuite les habitants dans ce changement vertueux.

Fiche 05, action exemplaire

 

Une construction et une rénovation éco-responsables

Le secteur du bâtiment est un des plus gros consommateur d’énergie. Une action sur le parc public mais aussi privé est indispensable. Elle entraînera économies d’énergie, amélioration du confort thermique, augmentation de l’activité économique et une forte diminution des rejets de Gaz à effet de serre.

Fiche 06, des bâtiments économes

 

Un développement local

Conjuguer développement durable et développement économique permet de rendre votre territoire plus attractif et de créer des emplois non délocalisables.

On peut s’appuyer sur les différents réseaux d’acteurs économiques : Chambres de commerces et d’industrie, de l’artisanat et des métiers, fédérations professionnelles, … mais aussi auprès des acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Fiche 07, conjuguer développement économique et développement durable

 

Une gestion exemplaire des déchets

L’ensemble de nos déchets représente  un gâchis de ressources et leur traitement est coûteux.

L’enjeu de leur réduction, c’est l’économie des matières premières et la réduction de leurs impacts environnementaux et des gains financiers pour le territoire.

Fiche 08, Réduction des déchets

 

Une valorisation des bio-déchets

Déchets alimentaires, déchets verts, représentent une ressource importante de matière. Pour quelle utilisation?  Produire de l’énergie par méthanisation ou bien encore enrichir les sols en remplacement d’engrais chimiques par compostage ou épandage.

On peut en amont lutter contre le gaspillage, mettre en place des solutions pour favoriser le tri et la collecte, …

Fiche 09, Valorisation des bio-déchets

 

Une végétalisation bénéfique

Il y a de nombreux avantages à végétaliser les villes. Ces îlots de verdure apportent oxygène, fraicheur, permettent de préserver la biodiversité et la qualité de l’air et de produire de l’alimentation locale. Un enjeu majeur pour la santé et l’environnement.

Planter dans  les espaces publics, sur les toits, prévoir des jardins partagés, favoriser le zéro phyto, autant d’actions possibles à mettre en place.

Fiche 10, Végétalisation

 

Une culture d’aliments sur le territoire urbain

Cela regroupe des pratiques bien différentes, projets en pleine terre ou hors sol, permaculture, … et permet aux habitants de renouer avec la nature, de développer les circuits courts,…

La collectivité peut réserver des espaces dédiés sur le territoire, encourager des projets urbains  sociaux et solidaires, favoriser l’implication des citoyens, …

Fiche 11, Agriculture urbaine

 

Un mode de déplacement urbain différent

Lutter contre la pollution mais également contre le bruit et les embouteillages générés par nos déplacements devient indispensable mais implique de changer nos comportements.

La collectivité peut favoriser des alternatives à l’utilisation de la voiture individuelle : amélioration des transports en commun, auto-partage, covoiturage, aménagement de l’espace pour faciliter les mobilités douces, …

Fiche 12, Mobilité urbaine

 

Un mode de déplacement rural et péri-urbain différent

Compliqué dans les zones péri-urbaines ou rurales de se déplacer autrement qu’en voiture. Malgré tout, la pollution atmosphérique, le coût grandissant pour les habitants, obligent à concevoir d’autres solutions de déplacement.

Mobilité partagée, intermodalité, sécurisation des modes de déplacement doux, proposition de transports à la demande, … sont autant d’alternatives possibles à mettre en place.

Fiche13, Mobilité rurale

 

Une livraison plus propre

Le développement de nouveaux modes de consommation entraîne une augmentation forte des flux de marchandises et donc du transport.

Pour réduire son impact sur la santé et l’environnement, il faut repenser les livraisons en favorisant un système propre pour le dernier kilomètre.

Fiche 14, Logistique urbaine

 

Un aménagement durable du territoire

Face à l’augmentation de la population, il est primordial de repenser l’urbanisme. La limitation de l’étalement urbain peut être synonyme de durabilité, de proximité des services et de qualité de vie.

Les élus peuvent s’appuyer sur le cadre législatif et mieux intégrer transition énergétique et écologique, préservation de l’environnement dans leurs projets d’urbanisation : quelles ressources, quels matériaux, quelle efficacité énergétique, quelles EnR, quelles dessertes pour limiter les déplacements, …

Fiche 15, Aménagement durable

 

Un air plus sain

La pollution atmosphérique touche toutes les zones, du milieu rural jusqu’aux plus grandes agglomérations. Elle est dûe à de multiples facteurs, transports, industrie, agriculture, chauffage, … La qualité de l’air intérieur est tout aussi préoccupante.

La collectivité peut s’appuyer sur le PLU, le PCAET,  pour instaurer une dynamique et agir sur la mobilité, la rénovation des ventilations des établissements scolaires, la sensibilisation des habitants…

Fiche 16, Qualité de l’air

 

Une adaptation au changement climatique

Les conditions climatiques vont profondément se transformer au cours du 21ème siècle sous l’effet de l’accélération du réchauffement de la planète avec de gros impacts sur l’environnement, les ressources naturelles et agricoles, les activités économiques et la santé.

Il faut donc veiller à la protection de la planète et de ses habitants. Cela nécessite la mise en place d’une stratégie sur le long terme.

Fiche 17, Changement climatique

 

Des achats durables

La commande publique est un puissant levier d’action pour faire évoluer l’offre vers des produits plus respectueux de l’environnement et des personnes. C’est aussi une manière de montrer la cohérence de la collectivité entre ses ambitions et ses actions et de lui permettre de repenser ses besoins et ses pratiques d’achat et d’utilisation.

Par exemple, on prend en compte le développement durable, on supprime le jetable, on choisit les équipements les plus sobres et les plus efficaces, on travaille sur les pratiques d’utilisation, on prend en compte le coût sur l’ensemble du cycle de vie, …

Fiche 18, Achats responsables

 

Des évènements éco-responsables

Tout évènement peut être revisité en vue de réduire ses impacts environnementaux. L’idéal est d’agir dès l’amont en l’éco-concevant.

Veiller à l’accessibilité du lieu, intégrer des critères environnementaux dans le choix des prestations techniques, se préoccuper du recyclage des produits utilisés, du tri des déchets, …

Fiche 19, Evènements éco-responsables

 

Formation des jeunes à l’éco-citoyenneté

Les jeunes jouent un rôle capital dans l’évolution de la société. Très sensibles à la protection de l’environnement, ils sont les meilleurs ambassadeurs des bons gestes pour la planète. Il est donc très important de les sensibiliser aux enjeux et de les impliquer dans la politique environnementale.

Lutte contre le gaspillage alimentaire à la cantine, mise en place de potagers pédagogiques dans les écoles, de défis zéro déchets ou économies d’énergie, …

Fiche 20, Action jeunesse

 

Partager cette fiche :